L’art de composer sa photo

L’art de composer sa photo

Pour faire de belles photos il ne suffit pas d’appuyer sur un déclencheur au bon moment, il faut aussi respecter et connaitre certaines règles de base afin de valoriser au mieux son sujet. Dans cet article, vous allez découvrir l’art de composer sa photo.

Des tests scientifiques ont démontrés que les individus d’une même culture, quand ils découvrent une image,  parcourent celle-ci de la même façon. Chez les occidentaux il est donc effectué de gauche à droite et de haut en bas (comme quand on lit un livre). C’est le balayage en « Z ».

De plus, l’œil n’as pas un mode d’exploration unique, il est aussi attiré par des éléments particuliers, comme un visage, une ligne directrice, des couleurs.
Il faut donc se servir du mode de lecture naturel de l’homme pour attirer son regard vers des éléments importants de la photo : le sujet principal, raconter une histoire ou faire passer un message.

 

La règle des tiers :

Pourquoi respecter la règle des tiers ?

Lorsque l’on compose une photographie, le premier réflexe qu’on a est de centrer le sujet, car c’est lui qui attire notre attention … Mais dans la majorité des cas, cette photo manquera de dynamisme.
La règle des tiers est justement utilisée pour dynamiser une image. Elle est utilisée par de nombreux peintres depuis des siècles, c’est la principale technique de composition.

Voici cette fameuse règle des tiers :

la règle des tiers est divisée en trois parts égales horizontalement et verticalement

Cette règle divise en trois parts égales la partie horizontale de la photo et également en trois la partie verticale de la photo. Ces lignes sont appelées « ligne de force ».
Les croisements de ces lignes de force forment ce que l’on appelle les « points forts » de l’image. Comme vous avez pu le constater, on retrouve le fameux «Z ». L’œil passe donc par ces points forts quand il balaye l’image.

photo d'une libellule posée sur une brindille d'herbe.

Comme vous pouvez le voir, sur cette photo Eddy a bien respecté la règle des tiers :

  • Sa demoiselle est sur l’un des points forts, de plus il a laissé de l’espace devant le champ de vision de la belle. Il est aussi important que le regard de l’insecte (ou animal) ne bute pas contre le bord de la photo.
  • Le brin d’herbe fait une belle diagonale, en passant sur le point fort opposé à la demoiselle, pour finir dans le coin du cadre. A noté, que si deux éléments importants figurent sur votre photo, ils ne doivent pas figurer sur la même ligne de force, pour apporter plus de dynamisme à la photo.

Gardez à l’esprit que :

  • La photo horizontale est plus reposante à lire pour l’œil. Elle invite donc au calme, à la tranquillité et à la stabilité.
  • Sur une photo verticale, la lecture sera plus difficile à lire pour l’œil, il mettra plus de temps à analyser la photo. La photo sera considérée comme plus instable et plus dynamique.

Il est donc important de choisir celle qui s’adapte le plus au sujet qu’on photographie et au message que l’on veut faire passer. Règle des tiers sur une photo verticale

Veillez à éviter de couper les lignes directrices qui pourraient donner force à votre image :

  • Un cadrage horizontal conviendra mieux à une scène comportant des lignes horizontales.
  • Un cadrage vertical à une scène comportant des lignes verticales.

 

Les paysages :

En photo paysage, on a une fâcheuse tendance à centrer l’horizon, or dans la majorité des cas il est préférable de placer l’horizon au tiers supérieur ou inférieur de celle-ci :

photo horizontal de paysage marin

Premier exemple : sur cette photo David, fait le choix de placer son horizon au tiers inférieur car :

  • La mer n’aurait rien apporté de plus à la photo, contrairement aux nuages.
  • Dans ce cas les nuages soulignent l’aspect reposant de la photo de part leur texture cotonneuse.
  • Vous noterez qu’il a fait attention de placer un élément sur lequel le regard puisse s’arrêter, sans cet élément cette photo serait dénuer de sens car il chercherait un point ou un sujet sur lequel s’arrêter.

 

Photo horzontal d'un champ avec au premier plan deux rouleaux de paille

Deuxième exemple : avec la photo de Wikid, où l’horizon est placé au tiers supérieur car ici le ciel n’aurait strictement rien apporté à cette photo, le sujet principal étant les bottes de pailles.

 

Les plans :

Une image est normalement constituée de plusieurs plans dans la profondeur :

  • Le premier plan : facile, c’est celui qui est devant
  • le second plan : derrière le premier plan, donc plutôt dans le milieu de la photo
  • l’arrière plan : c’est celui qui est tout derrière.

 

Le bokeh :

En macro, l’arrière plan est tout aussi important que le sujet, car il occupe la majeure partie de la photo. Prenez donc le temps de bien l’examiner afin d’éliminer tout éléments parasites. N’hésitez pas à tourner autour de votre sujet afin de trouver le bon angle.

 papillon sur un épi

Ici sur la photo de Wikid, on a un très beau dégradé de jaune/vert. Son bokeh est assez graphique avec les diagonales formées par les tiges. Malgré ces tiges qui créent une dynamique, sa photo garde une certaine tranquillité par le choix du format paysage.

 

Point de vue :

Par instinct ou facilité, on a pour habitude de photographier les insectes ou animaux depuis notre hauteur, soit de haut. Mais il est plus intéressant de se placer à la même hauteur du sujet. Les sujets en deviennent alors plus expressifs.
N’hésitez pas à vous coucher à plat ventre, au risque de passer pour un illuminé au près des passants, c’est le prix à payer pour avoir une photo réussie.

Encore une fois, le choix de l’angle de vue apporte toute la direction que vous souhaitez donner à votre photo :

  • Sur une photo prise du dessus (la plongée), votre petite bête paraîtra un peu “écrasée ” par votre haute taille.
  • Sur une photo prise du bas (La contre-plongée), elle en sortira grandie et plus imposante.
  • Une photo prise à son niveau, donnera probablement un portrait plus naturel.

Pensez donc encore une fois à l’image que vous souhaitez obtenir avant de choisir votre point de vue.

papillon pausé sur deux feuille nous regardant du desus

Sur cette photo, Capdemat à choisi une contre plongé. On a l’impression que le papillon nous épie, en se demandant ce que l’on peut bien faire ici. C’est une vue assez intéressante et originale car on n’a peu l’occasion de voir un insecte sous cet angle.

 

Les lignes directrices :

Les lignes directrices d’une image sont toutes les lignes formées par les éléments photographiés. Elles peuvent être :

  • Clairement visibles : une route, un chemin …
  • Suggérées : la répétition d’un objet, la direction d’un regard…

Bien utiliser les lignes directrices, c’est avant tout s’en servir pour amener le regard jusqu’au sujet de votre photo.

Voici une de mes photos, ici les lignes directrices sont formées par les ombres entre les pétales, elles mènent toutes à un seul et même point : le cœur de la fleur, là où notre regard s’arrête et se concentre.

 

Les courbes :

escalier en colimasson vu d'en dessous

Les courbes aussi permettent de diriger le regard vers un point, ici la photo de David en est un très bon exemple car notre regard est dirigé vers le centre de cette spirale formée par un escalier en colimaçon.

 

La symétrie :

Pour mettre en valeur la symétrie du sujet, vous aurez tout intérêt à le centrer dans votre photo. La répétition d’un élément par rapport à un axe de symétrie va donner de la force à votre sujet.

Sur cette photo, Capdemat a fait un très beau portrait de cette petite abeille. Comme vous pouvez le constater, cette photo transgresse la règle dès tiers que je vous ai expliqué plus haut, car la bête est centrée. Mais elle n’en est pas moins percutante, car Capdemat a su jouer avec la symétrie de la tête de la bête et elle y gagne en expression. On lui donnerai un coté « humain » à son expression, on croirait presque qu’elle a envie de nous dire quelque chose un peu comme nos bons vieux dessins animés.

 

Les ombres et silhouettes :

empuse en ombre chinoise au couché du soleil

Vous pouvez également jouer avec les silhouettes, ici Le Squall a pris cette « Empuse » au coucher de soleil, sa silhouette est assez intéressante, voir effrayante. L’impression qu’un monstre tout droit sorti du film Alien est à la recherche d’une proie à massacrer.

 

Les couleurs :

Les couleurs apportent de l’émotion dans vos images. Certaines couleurs inspirent la joie, la chaleur, le froid ou la répulsion…
Les couleurs peuvent être utilisées pour ajouter un sens ou renforcer un aspect de votre photo.
On peut travailler sur les contrastes entre les couleurs, mais aussi entre les plages de luminosité (foncé/clair), comme on le fait en noir et blanc.

Voici un cercle chromatique, je m’en suis imprimé un que je garde sur mon bureau, il me permet de voir quels couleurs mettre en avant lors de mes post-traitements :

cercle chromatique

Un truc qui marche bien aussi c’est de jouer avec les couleurs complémentaires : la couleur complémentaire d’une couleur est celle qui se trouve diamétralement à son opposée.
Généralement on dit qu’il ne faut pas dépasser trois couleurs dominantes.

Raconter une histoire :

N’oubliez pas qu’une photo est faite pour raconter une histoire, faire passer un message, décrire une émotion. Elle doit avoir un sens.

sauterelle qui mue

Ici Selass, raconte l’histoire d’une sauterelle qui évolue, elle change de peau, elle est passée à un nouveau stade de sa vie. Elle n’a qu’une hâte c’est de repartir pour de nouvelles aventures. Un peu comme l’adolescent qui devient adulte.

Les séries :

Si une photo ne vous suffit pas pour raconter votre histoire, rien ne vous interdit de faire une série, ou une triptyque (trois photos à la suite).

 

La symbolique :

Chaque partie d’une photo à une certaine symbolique :

  • Sur une image horizontale, la gauche va représenter le passé et la droite le futur (non je ne parle pas politique !!)
  • Sur une image verticale, le bas représente la matérialité alors que le haut va plutôt rappeler la spiritualité.

Pour conclure, n’oubliez pas que les règles sont faites pour être transgressées. Faire des photos hors convention peut parfois s’avérer être payant. Le plus important ce ne sont pas les règles mais les émotions transmissent à travers vos photos.

 

Site où l’on peut jouer à cadrer une photo

 

Merci à Capdemat, David, Selass, Wikid de m’avoir prêté leurs photos pour illustrer cet article. Et également merci à Eddy et Le Squall pour le prêt de leurs photos et pour leurs conseils.  

 

 

← GLOSSAIRE DU VOCABULAIRE MACRONATURIEN MacroNature est sur Facebook →

About the author

Un Commentaire

  1. hendrika
    8 janvier 2012 at 9 h 44 min

    bien expliquer, merci
    Hendrika


Laisser un Commentaire